Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 6.1804 [Cigognara Nr. 3401-6]

Seite: 22
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1804/0041
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
C22 )

d’enfreindre sa promesse ; et, malgré les larmes de sa
famille et les prières de ses amis , il retourna se livrer
à la vengeance de Carthage. Elle fut terrible : après lui
avoir coupé les paupières, on l’exposa plusieurs jours
de suite à un soleil brûlant ; enfin , on l’enferma dans
un lonneau garni de pointes de fer , où il expira au mi-
lieu des plus cruels tourmens.

De judicieux critiques ont prétendu que si cette der-
nière partie de l’histoire deRegulus n’était pas entière-
ment fausse, elle renfermait du moins des détails exa-
gérés et peu vraisemblables. Ce ne serait pas la seule
circonstance où les Romains auraient chargé d’imputa-
tions odieuses leurs plus redoutables ennemis.Quoiqu’il
en soit, l’héroïsme et les malheurs de Regulus sont cé-
lèbres, et ils ont souvent été retracés par les peintres et
les poètes.

L’académie de peinture proposa ce trait historique
pour sujet du grand prix, en 1791. Il fut accordé à M.
la Filte. On remarque , dans son tableau , un grand
style, une composition riche , un dessin ferme et cor-
rect, un costume exact et une exécution facile. lia
quatre pieds et demi sur trois pieds et demi, dimension
d’usage pour les tableaux du grand prix,,
loading ...