Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 6.1804 [Cigognara Nr. 3401-6]

Seite: 29
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1804/0052
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 2 9 )

Planche onzième, —■ U Eau ; par Louis Carache ;

figure vue en raccourci, et cle grandeur naturelle.

Louis Carache ayant été chargé de peindre quatre
tableaux de forme ovale, au plafond du palais ducal
de Modène , voulut, selon sa coutume, partager ce
travail avec ses cousins Annibal et Augustin , et il
ne se réserva que deux de ces tableaux. Dans celui-
ci , qui a trois pieds quatre pouces de haut , sur
quatre pieds un pouce de large , ainsi que les trois
autres, Louis a représenté, à l’exemple de plusieurs
peintres célèbres , l’élément de l’eau sous la figure
de Galatée.

Cette nymphe , suivant la Mythologie grecque, était
une des Néréides. Polyphème , le plus terrible des
Cyclopes , en devint éperdument amoureux ; mais
Galatée lui préférait Acis, fils de Faune et de la
nymphe Simœihe. Un jour, les deux amans étaient
assis ensemble sur le bord de la mer ; Polyphème
les vit, et, cédant aux mouvemens de jalousie, il
lança sur son rival un énorme rocher dont le poids
l’écrasa. Galatée implora Neptune, et ce Dieu chan-
gea aussitôt Acis en un fleuve rapide. La nymphe
se jeta dans la mer , et, rejoignant ses compagnes ,
échappa pour jamais au Cyclope. Les amours et les
malheurs d’Acis et de Galatée sont un des plus beaux
morceaux des Métamorphoses d’Ovide , et les plus
célèbres peintres les ont retracés sur la toile.

Dans ce tableau de Louis Carache , la nymphe
est portée sur les flots ; sa figure, douce et intéres-
sante, offre les traits de la première jeunesse j ses
6. 6
loading ...