Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 6.1804 [Cigognara Nr. 3401-6]

Seite: 33
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1804/0058
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 33 )

Planche treizième.— Henri IVpart pour la guerre d’Al-
lemagne. Tableau de la galerie dit Luxembourg ; par
Rubens.

Près d’aller en Allemagne, et d’exécuter de vastes
plans qui eussent changé la face de l’Europe , Henri IV
remit à la reine l’administration du royaume. Tel est le
fait historique que Rubens a exprimé d’une manière in-
génieuse. Dans ce tableau, le roi présente à Marie de
Médicis, un globe de couleur bleue , semé de fleurs-de-
lys d’or, emblème de la Erance. On voit derrière Henri
les principaux chefs de son armée dans le costume mi-
litaire. Le dauphin est entre le roi et la reine, près de
laquelle sont la Prudence et la Fidélité. La scène se passe
dans une galerie ouverte.

Ce tableau est un des plus beaux de la collection.
L’exécution en est à la fois large et soignée. On recon-
naît , sur la physionomie de Henri IV, la noblesse unie
à la bonté. Le dessin de cette figure est excellent, si l’on
excepte peut-être les jambes dont les contours ne sont
pas très-heureux. Le groupe des seigneurs français offre
un dessin ferme, des expressions mâles et un coloris
vigoureux. Les figures de la reine et du dauphin sont
remarquables par la délicatesse des carnations et les
tons suaves et brillans des draperies. Ce qu’il y a de
moins soigné dans le tableau, ce sont les deux figures
allégoriques dont le costume d’ailleurs s’écarte totale-
ment de celui des autres personnages. Il semble que
Rubens eût mieux fait de placer près de la reine quel-
ques-unes des dames de sa cour, plutôt que cette femme
drapée à l’antique et sans chaussure. Ce grand artiste se
distingue toujours par son habileté à unir et accorder
6- 7
loading ...