Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 6.1804 [Cigognara Nr. 3401-6]

Seite: 35
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1804/0061
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
C 35 )

Planche quatorzième. — Hercule au berceau, étouffant
des serpens. Tableau de la galerie du Muséum ; par
Augustin Carache.

Selon la fable, Alcmène donna en même temps le
jour à Hercule et àlphiclès. Amphytrion, voulant con-
naître lequel de ces deux jumeaux était son fils, plaça
près de leur berceau deux énormes serpens. A leur
aspect, Iphiclès s’enfuit épouvanté; mais Hercule saisit
ces reptiles , et les étouffa. Ce trait de force et de cou-
rage, dans un âge si tendre, ne permit plus de révo-
quer en doute l’origine céleste du jeune héros.

C’est ainsi que le fait a souvent été représenté par les
artistes anciens. Il existe même encore une peinture an-
tique où l’on voit près d’IIercule tous les personnages
qui furent témoins de son action : Amphytrion, Alcmène
et Iphiclès qui se réfugie dans les bras de sa nourrice.

Augustin Carache, dans ce joli tableau, a écarté
tous les personnages accessoires. Peut-être a-t-il suivi
la tradition qui suppose que les serpens furent envoyés
par Junon dans le berceau d’Ilercule, lorsque personne
ne pouvait venir à son secours. Quoi qu’il en soit, le
peintre a donné à la figure du demi-dieu une expression
énergique et une vigueur de formes qui le font d’abord
reconnaître ; son coloris rouge et animé ne’st point un
défaut , et convient mieux au sujet que des teintes plus
délicates.

Plusieurs écrivains ont donné ce tableau à Annibal
Carache , sans doute à cause de la fierté du dessin. On
a préféré conserver le nom d’Augustin , auquel il est
plus généralement attribué. Cet artiste a d’ailleurs
prouvé j dans des ouvrages d’une plus grande étendue,
loading ...