Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 6.1804 [Cigognara Nr. 3401-6]

Seite: 45
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1804/0076
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
C 45 )

Planche dix - neuvième. —- I?Annonciation. Tableau
de la galerie du Musée ; par H. Gentileschi : figures
de grandeur naturelle.

L’Ange a un genou en terre : d’une main, il montre
le ciel pour attester sa mission. Dans son autre main
est un lys , symbole de la pureté de Marie. La Vierge,
debout, et les yeux baissés, écoute avec respect l’en-
voyé du Seigneur. Derrière elle, on voit un lit, sur-
monté d’un rideau rouge. Les ornemens de ce lit
rappellent le style de l’architecture grecque, et sont
peut-être plus recherchés que ne le demanderait la
vérité historique. Une fenêtre est ouverte , et l’on
aperçoit le Saint-Esprit placé au centre d’un disque
lumineux dont les rayons se réfléchissent sur Marie.

Ce tableau, d’un maître peu connu en France, est
digne d’une attention particulière. Si le dessin n’en
est pas très-pur, il ne manque pas d’élégance. L’ex-
pression de la Vierge est juste et bien sentie. Le
clair-obscur bien entendu donne à l’ouvrage un très-
bel effet. Les couleurs ont de l’harmonie et cette
fierté qui convient au style de l’histoire. Le man-
teau de la Vierge est bleu et sa robe rouge. La
draperie supérieure de l’ange est de couleur chan-
geante , aurore dans les clairs , et d’un rouge tirant
sur le violet dans les ombres. La tunique est jaune.
L’exécution de ce tableau est ferme et soignée. Il
vient de la galerie de Turin.

Horace Gentileschi, auteur de cet ouvrage , est
. 10
loading ...