Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 6.1804 [Cigognara Nr. 3401-6]

Seite: 47
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1804/0079
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 47 )

Planche vingtième. — Le Discobole en action de lancer
so?i disque. Statue antique de la galerie du Musée.

i ' '

L’athlète se penche en avant : tout son corps porte

sur sa jambe droite, et son bras droit est tendu en
arrière. Il tient le disque qu’il s’apprête à lancer.
Cette attitude était très-difficile à saisir et à rendre.
Il fallait donner du mouvement à la figure, et éviter
les contorsions. Ce double but est atteint dans la
statue dont on donne le trait ; aussi est-elle une
copie d’un des plus fameux ouvrages de sculpture
de l’antiquité. Myron, qui vivait sous Périclès , avait
exécuté en bronze un Discobole dont il nous reste plu-
sieurs copies , et dont l’action était la même que
celle de cette statue. Le témoignage des auteurs et
ces copies ont servi pour les restaurations du Disco-
bole. Peu de statues antiques nous sont parvenues
aussi mutilées. Il n’en restait que le torse et les
cuisses. Elle provient du Musée du Vatican , où on
l’avait placée par ordre du pape , Pie VI. Elle a
été trouvée, depuis peu d’années, dans les ruines de
la Villa Adriana, près Tivoli. Le sculpteur moderne
qui l’a restaurée, a gravé le nom de Myron en ca-
ractères grecs sur le tronc antique qui sert de support
à la atatue.
loading ...