Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 6.1804 [Cigognara Nr. 3401-6]

Seite: 57
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1804/0094
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( S7 )

Plancha vingt - cinquième. — Le Martyre de Sainte
jlgnès. Tableau de la galerie du Musée; par le
Dominiquin.

Vers l’an 304 cle l’ère chrétienne, Sainte Agnès,
jeune vierge , issue cl’une famille illustre, souffrit le
martyre, à l’âge de i4 ans.

Tel est le trait historique que le Dominiquin a
représenté dans l’un de ses plus grands tableaux (*).
L’artiste s’est écarté du texte1, en plusieurs points im-
portons. Selon la légende, la Sainte fut décapitée;
ici le bourreau la saisit par les cheveux, et lui plonge
un poignard dans la gorge. A droite, trois femmes et
un enfant témoignent l’horreur et la compassion qu«
leur inspire ce cruel spectacle. De l’autre côté, le préfet
Symphorius , environné de ses gardes, contemple la
Sainte avèc une surprise mêlée d’admiration. Sur lë
devant du tableau, deux bourreaux qui s’apprêtaient à
mettre le feu au bûcher, sont renversés et frappés de
mort. Dans le haut, on voit la Trinité et uti chœur
d’anges. L’un d’eux reçoit des mains du Christ la palme
du martyre destinée à Sainte Agnès.

Cette imposante composition offre; comme tous les
ouvrages de génie, quelques défauts rachetés par des
beautés du premier ordre. L’expression de la Sainte
est sublime : à la pureté des formes qui indiquent
son extrême jeunesse, elle unit un sentiment dont
les descriptions ou les copies pourraient difficilement

(*) Il a i4 pieds et demi de haut, sur 10 pieds et demi ôte
£arge. Les figures sont plus grandes que nature.

&. 1$
loading ...