Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 6.1804 [Cigognara Nr. 3401-6]

Seite: 62
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1804/0101
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
C 62 )

jUaglioni. Excilé par la réputation du Guide , Spada
forma le projet d’opposer à sa manière délicate un goût'
plus fier et plus vigoureux. Dans ce dessein , il fit le
voyage de Rome , et travailla dans cette ville ainsi qu’à
Malte, selon les préceptes du Garavage. D’après le
style de ce maître et celui des Caraches, il s’en
forma un qui lui est propre. De retour à Bologne,
il eut souvent occasion d’y travailler en concurrence
de Tiarini, qui jouissait dans cette ville d’une grande
réputation. Le tableau où Spada représenta, dans
l’église de S. Dominique, ce Saint qui fait brûler des
livres profanes , est regardé comme le chef-d’œuvre du
peintre. On cite encore , parmi les nombreuses produc-
tions dont il orna cette ville, un tableau placé à Saint-
Michel, in bosco. C’est une composition bizarre où l’on
voit un moine précipité par le diable du faîte d’un
bâtiment.

Le duc de Parme, Ranuccio , choisit Spada pour son
peintre, et l’artiste décora le théâtre de cette ville.
Panne et Modëne possèdent plusieurs de ses tableaux,
exécutés dans le temps où la protection du duc et l’ai-
sance qu’elle lui procurait lui permettaient de soigner
ses compositions. A la mort du prince, Spada, privé
de ces avantages, parut bien inférieur à lui-même, et
11e fît plus que des ouvrages médioctes. Il mourut à
Parme, en 1622, âgé de 46 ans.
loading ...