Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 6.1804 [Cigognara Nr. 3401-6]

Seite: 71
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1804/0115
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
C 71 )

Planche trente - deuxième. —• Un Laboureur. Statue
antique de la galerie du Muséum.

Ceüe figure, de grandeur naturelle, a été récemment
placée au Muséum. Elle représente un jeune homme
robuste, coiffé d’une espèce de toque. Une de ses
mains est levée vers son épaule, et tient un instru-
ment de labourage ; dans l’autre main sont des épis.
U est chaussé de brodequins. La tunique dont une
partie de son c-orps est couverte est d’une étoffe
grossière et à grands plis. La tête a des formes assez
grandes, et le torse annonce de la vigueur, mais les
jambes ne sont pas d’une forme assez correcte.

Suite de la Notice sur Charles Cignani.

En 1686, Cignani eut occasion de déployer ses talens
dans une de ces vastes entreprises que l’Italie , plus
qu’aucun autre pays, offre au génie des artistes. On
lui confia les peintures de la coupole d’une église de
Forli (*) nommée la Madonna del Fuoco. Cignani se
transporta dans cette ville avec sa famille et ses
élèves (c’est là qu’il fit le tableau d’Adam et Eve,
actuellement placé au Muséum ). La coupole de Forli
coûta à Cignani 20 années de travail. Sa dernière pro-
duction fut un tableau de la naissance de Jupiter , qu’il
peignit à l’âge de 3o ans pour l’électeur palatin II mou-

(*) Petite ville de la Romsgne, à 8 lieues de Raveime.
loading ...