Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 6.1804 [Cigognara Nr. 3401-6]

Seite: 73
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1804/0118
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
C ?3 )

Planche trente-troisième. — Vénus présente VAmour

à Jupiter. Tableau du JMusée de V er saille s ; par

Eustache le Sueur.

Le Sueur n’a suivi dans ce tableau aucune tradition
mythologique. Son génie facile et gracieux lui a seul
inspiré cette charmante composition.

La scène se passe dans les airs. Vénus, parée de sa
seule beauté , s’incline devant Jupiter et lui présente
le jeune Amour qui semble reculer à l’aspect du
maître des Dieux. Jupiter, désigné par sa couronne (*)
et par l’aigle qu’on voit près de lui, témoigne sa sur-
prise et son admiration. Junon, sa sœur et son épouse,
Neptune, armé de son trident et la tête ombragée de
roseaux , expriment aussi, d’une manière noble , mais
énergique , l’impression que fait sur eux la vue de cet
enfant. Sur un plan plus éloigné , on aperçoit Diane ,
dont le front est décoré de son croissant. Le Sueur a
donné à cette figure une expression qui convient par-
faitement à cette chaste déesse, et qui forme un con-
traste heureux avec celle des trois autres divinités.
L’attitude de Diane est pensive et presque mélanco-
lique. Elle semble prévoir et redouter pour elle-même
les maux que la naissance de l’Amour va produire
dans l’univers. C’est par de telles idées qu’un artiste
ajoute à l’intérêt de son sujet, et que la peinture se
place au même rang que la poésie.

(*) En donnant une couronne au maître de l’Olympe , le Sueur
a suivi l’usage moderne. Un artiste grec lui eût donné un ban-
deau.

>7

6.
loading ...