Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 6.1804 [Cigognara Nr. 3401-6]

Seite: 77
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1804/0124
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 77 )

Planche trente-cinquième. —La Résurrection de Lazare.

Tableau de la galerie du Musée; par le Guerchin.

Figures de grandeur naturelle.

En publiant la gravure d’un tableau où Jouvenet a
représenté ce miracle, on a rapporté le passage de l’é-
vangile de S. Jean où il est raconté (*).

Le Guerchin a disposé sa composition d’une manière
qui prête à la critique. La fosse où était Lazare est en-
core ouverte. Celui-ci étend les bras vers un jeune
homme qui détache les cordes dont ils sont liés. Le
Christ, placé dans un coin du tableau , fait de la main
droite un geste impératif. Marie, sœur de Lazare, est
à genoux, et contemple Jésus d’un air reconnaissant.
Un homme penché sur le bord de la fosse se bouche
le nez. Près de Lazare on voit Marthe, son autre sœur,
et deux vieillards qui peuvent être deux apôtres.

Rien , dans cette composition, ne retrace les diverses
émotions qui sans doute agitèrent les personnages. Au-
cune de ces figures n’exprime l’admiration mêlée
d’effroi qu’un si grand miracle dut leur inspirer.
Lazare , placé on ne sait pourquoi hors de sa fosse,
n’est qu’une figure académique, absolument insigni-
fiante. Le peintre a voulu représenter l’instant où
Jésus dit: « Déliez-le et laissez-le aller. » Mais il n’a
pas fait attention que le Christ parlait des bandelettes
et des vêtemens mortuaires dont Lazare était enve-
loppé , et non de simples cordes. A l’exceptian des

(*) Voyez pl. 6r, p. 129 du quatrième volume des Annales,

6. 18
loading ...