Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 6.1804 [Cigognara Nr. 3401-6]

Seite: 79
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1804/0127
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
C 79 )

Planche trente - sixième. — Peux petits Pavillons
j'aisant partie de Vensemble de la clôture de Paris ;
par Redoux.

Le premier est clans la forme de la sorte d’édifice que
les anciens nommaient sacellum, et qu’ils plaçaient sur
les voies publiques en l’honneur de quelque divinité.
Ces petits bâtimens n’étaient composés que d’un vesti-
bule ouvert (pronaos ) sur le devant, mais couvert,
pour offrir un abri au voyageur ou au pèlerin qui y
portait quelque vœu pour satisfaire sa dévotion , et
d’une petite chapelle ( sacellum ) pour le dieu qu’on
y révérait, et dont la statue était communément pla-
cée au fond , en face de la porte d’entrée. Des pein-
tures à fresque représentant quelque trait de la mytho-
logie , décoraient les murailles. On trouve encore au-
jourd’hui fréquemment, sur les routes d’Italie, de
petites chapelles assez semblables dédiées à la Vierge,
ou à quelque patron du pays. On en rencontrait égale-
ment sur nos routes de France avant la. révolution ,
destinées au même usage, mais dont le Saint faisait
tout le mérite, car ni l’architecture, ni les peintures
ne pouvaient captiver l’attention du connaisseur. Quel-
ques arbres groupés autour , vieillis et respectés d’âge
en âge , offraient cependant quelquefois au peintre de
paysages une étude à placer sur le devant d’un tableau,
pour couper et reculer l’horizon.

Le second monument qui sert de barrière à la rue de
FOursine est dans la forme des petits temples que
Viiruve appelle prostylos , c’est-à-dire avec un seul
portique à quatre colonnes sur le devant, également:
espacées et couronnées d’un fronton.
loading ...