Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 6.1804 [Cigognara Nr. 3401-6]

Seite: 80
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1804/0128
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( So )

Cette forme élégante et simple que nous tenons des
Grecs plaira toujours , et son application peut se varier
à l’infini. Ici, le dessous du péristile servait à abriter,
pendant le jour, le factionnaire et les soldats de garde
à ce poste, comme ils trouvaient la nuit un asile conve-
nable et suffisant dans ce qui formait, chez les anciens,
la cella ou le corps du temple. On voit que par le choix
de ces formes consacrées dans l’antiquité, l’architecte
moderne a su donner à chacun de ces édifices le carac-
tère monumental qu’ils devaient porter , puisqu’ils fai-
saient partie des édifices publics d’une grande ville ,
et qu’un édifice public, on ne saurait trop le répéter,
doit, pour le genre de sa construction et le caractère
de sa forme, différer essentiellement de la cabane du
jardinier ou de la maison de l’artisan , avec lesquelles
on ne doit point les confondre.

L. G.
loading ...