Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 6.1804 [Cigognara Nr. 3401-6]

Seite: 98
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1804/0155
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
C 98 )

tueuse, et tenant en main son caducée, s’approche
du trône de Jupiter, et semble promettre de fixer
sa demeure chez les français. Près d’elle , est 3a
Concorde, sa sœur, tenant un faisceau. L’artiste a
réuni , dans sa composition , toutes les divinités de
la cour céleste , parmi lesquelles on distingue le
Temps et Mercure, Cérès couronnée d’épis, Bacchus
tenant son tbyrse , Pan et les Nymphes qui président
aux campagnes. Dans un lointain lumineux , on
aperçoit encore un groupe de divinités. De l’autre
côté , Diane est sur son char, et presse ses coursiers.
Le signe du zodiaque indique les mois qui suivirent
celui où Marie de Médicis prit les rênes du gou-
vernement (*).

Sur le premier plan, Apollon tenant son arc,
Mi nerve, armée de sa lance et couverte de son égide ,
poursuivent la Discorde, l’Envie, la Haine et la
Eraude qui secouent leurs flambeaux et agitent leurs
serpens. Mars s’apprête aussi à les combattre, malgré
Vénus qui s’efforce de le retenir.

On ne peut disconvenir que le dessin de ce ta-
bleau prête à la critique; il est néanmoins digne
d’éloges sous plus d’un rapport. O11 désirerait plus
de noblesse et de pureté dans les figures princi-
pales , mais l’ensemble est parfaitement rendu , et
plusieurs détails ofïrent de la vérité et de la cor-
rection. Le profil de Jupiter n’a point la grandeur
que les artistes grecs avaient su donner au maître
des dieux, et dont le type se retrouve dans plu-

La Balance et le Scorpion désignent l’automne. La reine fut
nommée régente par le parlement, aussitôt ap^ ès la mort d«
Henri IV, assassiné le i4 mai 1610.
loading ...