Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 6.1804 [Cigognara Nr. 3401-6]

Seite: 118
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1804/0184
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 118 )

Notice sur Jacques Stella.

Jacques Stella naquit à Lyon , en 1.596 , de parens
qui exerçaien t la peint ure. Dès l’âge de neuf ans , épo-
que à laquelle il perdit son père, il annonçait déjà
d’heureuses dispositions. A vingt ans, Stella partit pour
î’Ilalie, où le grand-duc , Cosme de Médicis, employa
ses lalens , et les récompensa d’une manière généreuse.
Après avoir passé sept années à Florence , Siella partit
pour Rome, avec son frère nommé François, peintre
comme lui, mais moins habile dans son art.

La fréquentation , l’amitié même du Poussin furçnt
très-utiles à Jacques Siella qui, autant par goût que par
reconnaissance, chercha la manière de ce grand maître.

Stella revint en France en 1634, Il prit sa Toute par la
Lombardie et par Venise , où il fit de nouvelles éludes
qui lui furent très-utiles. A Milan , on voulut eu vain le
nommer directeur de l’académie de peinture ; il vou-
lait passer en Espagne, mais , retenu à Paris par les
bienfaits du roi, il eut d’abord un logement au Louvre
et une pension de mille francs. Il fut ensuite décoré de
]a croix de S. Michel ,et nommé premier peintre du roi„
Stella, dont la santé avait toujours été faible,succomba
à une maladie de six mois, en 1657, à l’âge de 6r ans.

Les ouvrages de Stella offrent en général , comme
celui-ci, de la grâce , de l’élégance, de la correction 5
mais on n’y trouve point l’enthousiasme pittoresque et
la vigueur de l’expression qui charment dans les pro-*
cluctions des maîtres de l’art. Quoi qu’il en soit, Stella
est regardé à juste titre comme l’un des bons peintres
de notre école»,
loading ...