Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 6.1804 [Cigognara Nr. 3401-6]

Seite: 121
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1804/0189
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( IÏI )

Planche cinquante - septième. — La Martyre de Saints
Agathe Tableau de la galerie du Musée ; par
Sébastien de! Piombo.

Sainte Agathe était Sicilienne. Palerme et Catane se
disputent P honneur de l’avoir vu naître. C’est dans la
dernière de ces deux villes qu’elle sonfF; ît le martyre,
en 25 i , lors de la persécution suscitée contre les Chré-
tiens par l’empereur Déèius.

Sainte Agathe était d’une naissance illustre et d’une
raie beauté. Qaiulien , gouverneur de Sicile, en devint
amoureux; mais n’ayant pu réussir à lui plaire, il la fit
traduire devant son tiibunal , et la condamna d’aborcl
à passer quelque temps dans la maison d’une femme
de mauvaise vie. La constance de la jeune chrétienne
triompha de toutes les séductions. Alors Quintien lui
fit souffrir de cruels tourmens, dont elle mourut lors-
qu’on l’eut reconduite dans sa prison.

Entre autres supplices que Quintien imagina pour
se venger de la Sainte ; il lui fit tenailler le sein. C’est
cet instant que le peintre a voulu représenter.

Sainte Agathe est nue jusqu’à la ceinture. Deux
bourreaux commencent à lui fair éprouver le four-
ni mt ordonné par le gouverneur. Celui-ci vu de profil,
semble jouir des douleurs de sa victime. La Sainte
tourne la tête vers lui, sans doute pour lui adresser ces
paroles qu’on a conservées: Ne rougissez-vous pas de
« me faire cette injure , vous que le sein de voire mère
« a allaité.» Quelques personnes delà suite de Quin-
tien paraissent compatir aux douleurs de la jeune mar-
tyre. On voit, an loin , dans le fond du tableau , l’inté-
é. 29
loading ...