Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 6.1804 [Cigognara Nr. 3401-6]

Seite: 123
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1804/0192
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( Ï23 )

Planche cinquante - huitième. ■— Deux Figures allégo~

riques , de grande proportion; par J. Gougeon.

Ces deux figures, sculptées en demi-relief, sur
mie porte de l’intérieur de la cour du Louvre, sont
exécutées en pierre. L’une d’elle tient un aviron et une
palme autour de laquelle on voit une couronne et des
lauriers ; elle a près d’elle le globe de la France. L’autre
a danc sa main un faisceau de ilèches , symbole de
l’union qui fait la force des états.

Jean Gougeon a mis, dans la pensée et dans l’exécu-
tion de ces deux charmantes figures, l’élégance et le
grandiose qui le distinguent. M Lenoir, administrateur
du Mu sée des Monumens français, a placé des plâtres
moulés sur ces bas-reliefs parmi les ouvrages dont il a
décoré le monument de J. Gougeon.

Notice sur Sébastien del Piombo.

( Voyez l’article précédent).

Sébastien de Venise eut le nom de Sébastien del
Piombo, lorsque Je pape Clément VII lui donna la place
de garde du sceau dans sa chancellerie.

Ce peintre naquit à Venise, en 1485. Il fut successi-
vement élève de Jean Bellin et du Giorgion. Plusieurs
de ses ouvrages furent attribués à ce dernier maître.
Appelé à Rome par Augustin Ghisi, Sébastien peignit,
dans le palais appelé la Famé,due, un Polyphèine et
plusieurs sujets mythologiques. Raphaël exécutait alors
dans le même lieu , l’histoire de Psyché. Sébastien se
déclara pour Michel-Ange, dans les différends qui s’é-
levèrent entre ce grand peintre et Raphaël. Michel-
loading ...