Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 6.1804 [Cigognara Nr. 3401-6]

Seite: 125
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1804/0195
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 125 )

Planche émanantp neuvième. — Judith tenant la tête
d’Holopherne. Tableau de la galerie du Musée; par
Cristofano Allori.

Ce sujet, trop connu pour qu’on le rapporte en dé-
tail, a très-souvent été traité en peinture. Judith tient
d’une main la tête d’Holopherne, et de l’autre l’épée
du guerrier dont elle s’est servie pour lui donner la
mort. Sa suivante est près d’elle. On voit , au dessus de
leurs têtes, un rideau vert. Le fond du tableau est
brun.

Lanzi , auteur italien , rapporte une particularité
curieuse au sujet de ce tableau, cpii obtint une grande
réputation aussitôt qu’il fut exposé en public, et dont
les élèves de Cristofano Allori firent île nombreuses
copies. La g me de Judith offre le portrait d’une

maîtresse du-peintre. La mère de cette femme est repré-
• sentée sous les traits de la vieille, et Allori s’est pris
lui-même pour modèle de la tête d’Holopherne, après
avoir eu l’attention de laisser croître sa barbe pendant
quelque temps.

Ce tableau offre plusieurs beautés. Si les figures n’ont
pas la noblesse historique , elles sont bien peintes et
d’une très-belle couleur. Les draperies ne sont pas heu-
reusement jetées , mais elles ont de la richesse et de
l’harmonie. La robe de Judith est jaune , rehaussée
d’or , ses manches sont blanches. Son manteau bleu a
une doublure rouge. Un hnge blanc enveloppe la tête,
et couvre la poitrine de la suivante. Le coussin , dont
on aperçoit une partie , est vert et bordé d’une frange
d’or. Tous ces accessoires sont traités avec soin , mais
6. v 3 o
loading ...