Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 6.1804 [Cigognara Nr. 3401-6]

Seite: 134
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1804/0208
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 134 )

jours. Tout ce faste extérieur de bâtiment ne conlenaiî
pas un petit local commode où l’on pût faire tranquille-
ment et sûrement une série d’observations ; ce n’est que
depuis quelques années qu’on a rendu cet intérieur ha-
bitable, et que les étrangers cessent de montrer leur
étonnement, en visitant le plus grand observatoire de
l’Europe , où naguères ils ne trouvaient pas un seul
cabinet d’observation et un seul instrument en état. On
avait fait à ce bâtiment des réparations considérables
avant la révolution. La protection accordée par le gou-
vernement aux sciences et aux arts utiles , a fait depuis
cesser cet état de dénuement ; plusieurs salles ont été
terminées et pourvues des instrumens nécessaires ; on
achève en ce moment de monter le télescope, dont le
pied mobile pourra rivaliser avec celui de Herschell.
Une plate forme solidement établie au-devant du bâti-
ment , du côté du midi, permettra d’y faire mouvoir cet
instrument à volonté; et l’utile se trouvera du moins
réuni à la majesté des formes extérieures dans ce grand
établissement. Une nouvelle communication , établie
entre le palais du Sénat conservateur (autrefois le
Luxembourg ) et cet observatoire , à travers le terreur
des Chartreux , en font encore un point de décoration
plus intéressant pour ce quartier. La correspondance de
ces deux monuraens appellera l’attention du voyageur,
et le conduira de l’un à l’autre , par des rues larges et
de vastes promenades où l’œil enchanté se reportera
tour-à-tour sur les formes du paysage, sur la magnifi-
cence de ces deux édifices, et sur le dôme du Panthéon
dont l’architecture surmonte et domine toute celte
partie de la ville»

L » Ci.
loading ...