Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 6.1804 [Cigognara Nr. 3401-6]

Seite: 137
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1804/0213
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
C 137 )

Planche soixante-cinquième.— Le Jugement de Salomon*

Tableau de la galerie du Musée; -par le Poussin.

Figures d’environ 2 pieds de proportion.

On a rapporté , d’après la Bible, le fait historique
représenté dans ce tableau, lorsqu’on a donné la gra-
vure d’un bas-relief de M. Lemot, pl. 54, page ii5
du cinquième volume des Annales.

Parmi tous les tableaux où le Jugement de Salomon
est retracé , on distinguera toujours la noble et expres-
sive composition du Poussin. Salomon est sur son
trône ; il est encore à cette époque de sa vie où il
reçut de Dieu le don de la sagesse. Il ordonne à
un de ses soldats de partager en deux le corps de
l’enfant réclamé par les femmes j mais en même temps
ses yeux sont fixés sur elles, pour connaître laquelle
est la véritable mère. Celle-ci étend les bras, elle
paraît s’écrier; ses traits, ses mouvemens annoncent
sa douleur. Il est impossible de mieux rendre, que ne
l’a fait le Poussin, la joie féroce empreinte sur le
visage livide de la mauvaise mère, et qui paraît dans
son geste impératif. Des Israélites, étonnés d’un arrêt
en apparence si inhumain, examinent attentivement
le roi; tandis que deux femmes , dont l’une est mère,
ne peuvent cacher l’horreur et la pitié que cette
scène leur inspire. Un des soldats partage leurs sen-
timens , et détourne la tête.

Les figures de ce tableau sont parfaitement dessi-
nées. C’est peut-être une licence que d’avoir repré-
senté à moitié nu le soldat qui s’apprête à frapper.
Cette figure ressemble plutôt à un guerrier grec qu’à

G. %ï
loading ...