Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 6.1804 [Cigognara Nr. 3401-6]

Seite: 141
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1804/0219
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( M1 )

Planche soixante-septième. — Sainte Famille. Tableau,
de la galerie du Musée; par André del Sarte.

La Vierge, assise à terre, tient l’Enfant Jésus
qui s’appuye sur elle , et détourne la tête pour
regarder S. Jean Baptiste. Le Saint précurseur est
dans les bras de Sainte Elisabeth, sa mère, et élève
une de ses mains vers le ciel. Deux Anges sont près
de la Vierge. Le fond du tableau est brun.

Cette composition, d’un sujet souvent traité, offre
un ensemble agréable et pittoresque. Les têtes ont
un grand caractère ; mais il est assez singulier que
le peintre leur ait donné à toutes un air de tristesse,
plus ou moins fortement exprimé. Le dessin est d’un
grand goût , quoiqu’on puisse y reprendre quelques
incorrections. Les carnations ont de la finesse, mais
les teintes en sont un peu trop uniformes. La coiffure
de la Vierge est bleue ; sa robe rouge laisse voir,
près de la main droite, la manche jaune du vête-
ment de dessous. Sainte Elisabeth a une draperie
blanche qui lui enveloppe la tête, et descend sur
ses épaules. Selon la coutume des peintres de son
temps , André del Sarte a employé de l’or pur pour
les auréoles et la bordure des habillemens. Les figures
de ce tableau sont de grandeur naturelle.

Notice sur André del Sarte.

Cet artiste naquit à Florence, en 1448. Son nom
del Sarte lui vint de la profession de tailleur que son
père exerçait. Pietre Gosimo , peintre alors renommé

6. 34
loading ...