Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 6.1804 [Cigognara Nr. 3401-6]

Seite: 143
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1804/0222
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( )

Planche soixante-huitième. — Gordien, Papien , Hippo-
crate et Q. Hortensius. Quatre Bustes antiques, en
marbre blanc, et de grandeur naturelle , de la galerie
du Musée.

On a donné au premier de ces bustes le nom de
l’empereur Marc-Anloine Gordien d’Afrique, le père,
d’après la ressemblance qu’il offre avec les médailles
de ce prince. Le travail de cette tête est assez bon,
quoiqu’elle ait été exécutée à une époque où les arts
avaient beaucoup perdu de leur ancienne splendeur.

Le buste ayant de la barbe , et qui est placé en
regard de celui-ci, représente l’empereur Papien, dont
on ne connaît pas d’autres portraits en marbre. Cette
particularité rend l’ouvrage très-précieux. Il ne l’est
pas moins par sa belle exécution. On le voyait autre-
fois dans la galerie du château de Richelieu.

La troisième tête (placée dans la gravure au dessous
de celle de Gordien ) offre les traits d’Hippocrate»
Il ressemble parfaitement aux bustes ou médailles
qui représentent le père de la médecine. Cette tête,
placée sur une longue gaine, est une de celles qu’on
connaît sous le nom d5Hermès. Elle était placée à
Rome , dans la Villa Albani.

Le quatrième buste est aussi un Hermès: on pense
qu’il offre le portrait de Q. Hortensius qui, jusqu’à
l’époque où Cicéron parut, fut regardé comme le
premier des orateurs romains. Cette antique est en
marbre pentélique, et vient de la. Villa Albani.
loading ...