Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 8.1805 [Cigognara Nr. 3401-8]

Seite: 11
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1805/0023
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( II )

Planche deuxième. — Ecce Homo. Tableau de la galerie
du Musée ; par L. Cigoli.

Pilate , placé à une fenêtre de son palais, montre aux
juifs Jésus couronné d’épines et chargé de chaînes. Un
des bourreaux injurie le Christ, et, par dérision, étend
sur ses épaules un manteau de pourpre. Plus loin on
voit des soldats avec des enseignes romaines. Le fond
est entièrement brun.

Cigoli traita ce sujet en concurrence avec le
Passignani, peintre estimé, et le célèbre Michel-Ange
de Caravage. Il l’emporta sur ses deux rivaux , et le
grand duc de Toscane fit placer dans son palais le
tableau du Cigoli.

Il eût été difficile de rendre cet instant de la Passion
de Jésus avec plus de sentiment et de vérité. Le dessin
est correct et pris dans la nature, le coloris est plein
de force , de chaleur et d’havmonie.

Ce tableau, dont les figures sont de grandeur natu-
relle, vient du palais Pitti.

Louis Cigoli ou Civoli naquit dans le château de
Cigoli, en Toscane, l’an i55g. Son nom de famille était
Cardi. Il apprit les élémens de la peinture dans l’école
d’Alexandre Allori. Des études anatomiques suivies
avec trop d’assiduité lui causèrent une maladie qui,
pendant quelque temps, le priva de la mémoire. Il
guérit au bout de trois années, et alla étudier en
Lombardie. De retour à Florence, il établit sa répu-
tation par plusieurs beaux ouvrages, entre autres par
YEcce Homo dont on donne ici le trait. Peu de temps
après, il fit le Voyage de Rome j et, revenu dans son
loading ...