Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 8.1805 [Cigognara Nr. 3401-8]

Seite: 15
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1805/0029
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( i5 )

Planche quatrième. ■— Vénus tenant une colombe. Statue
du jardin des Tuileries ; par N. Couslou.

Quoique cette statue soit ordinairement désignée
sous le nom d’une nymphe, les attributs que l’artiste
lui a donnés indiquent évidemment la Déesse de la
Beauté. Elle tient sur ses genoux une colombe, et près
d’elle un petit Amour (*) tire du fourreau l’épée de
Mars.

Si cette figure n’a pas le caractère et la pureté
de formes qui distinguent les chef-d’œuvres de la
sculpture antique, elle est d’une expression et d’un
dessin agréables, et surtout d’un beau travail.

N. Coustou naquit à Lyon, en i658. Son père,
sculpteur en bois, lui donna les premières leçons,
mais ce fut en Italie qu’il perfectionna ses talens.
Il séjourna quelques années à Rome, en qualité de
pensionnaire du roi , et fut guidé dans ses études
par son oncle Coysevox. De retour en France,
Coustou se fixa à Paris , et y exécuta un grand
nombre de statues qui lui méritèrent un rang hono-
rable parmi les sculpteurs français. Son chef-d’œuvre
est la Descente de Croix placée au maître-autel de
Notre-Dame, à Paris. Louis XIV récompensa les
talens de Coustou. Il eut d’abord une pension de
2,000 1., et en 1720 on y joignit celle de 4,000 L

(*) Cette seconde figure ne peut être aperçue du côté que le
dessinateur a choisi pour l’aspect de la figure principale.
loading ...