Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 8.1805 [Cigognara Nr. 3401-8]

Seite: 35
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1805/0059
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 35 )

Planche quatorzième.— Judith. Tableau de la galerie
du Musée ; par Philippe Vandyck.

Judith tient encore l’épée d’Holophernes avec la-
quelle elle vient de lui donner la mort, et's’apprête
à déposer sa tête dans un sac que sa suivante lui pré-
sente.

La manière de Philippe Vandyck se rapproche beau-
coup de celle de Vander Werf, dont il avait fait une
étude particulière. Chez ces deux maîtres, les détails
sont terminés avec soin, et le dessin est un peu lourd;
mais le coloris de Vandyck est plus chaud que celui de
son modèle.

Toutes ces remarques sur le style général du maître,
peuvent s’appliquer à ce joli tableau. Il a environ un
pied et demi de haut, sur quinze pouces de large.

Philippe Vandyck, connu encore sous le nom de
Petit Vandyck , par lequel on le distingue du célèbre
élève de Rubens, naquit à Amsterdam, en i68j. Il
eut pour maître Arnold Boonen qu’il quitta pour s’éta-
blir à Middlebourg. Il se fit des amis dans cette ville,
et y exécuta un grand nombre de tableaux en petit
et de portraits. Quoique très-assidu au travail, il pou-
vait à peine suffire aux demandes qu’on lui adressait,
et acquit une fortune assez considérable.

Chargé par de riches amateurs de faire des col-
lections de tableaux, il eut occasion de parcourir plu-
sieurs villes des Pays-Bas. Dans quelques-unes, on lui fit
des offres avantageuses pour l’engager à s’y fixer. Il
donna la préférence à la Haye, et n’y fut pas moins
©Gcupé qu’il l’avait été à Middlebourg.
loading ...