Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 8.1805 [Cigognara Nr. 3401-8]

Seite: 38
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1805/0063
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 3S )

accorda toujours depuis à celle partie séduisante de
l’art.

Revenu en France, il fît des tableaux pouF les Tui-
leries, pour les églises de S. Eustache, de l’Assomption
et de S. Sulpice,à Paris. Il travailla encore dans le
château de Choisi. En 1693, de la Fosse fut reçu
membre de l’Académie , où il,exerça successivement
les charges de professeur , directeur et recteur.

Sa réputation s’étendit jusqu’aux pays étrangers; et
le lord Monlaigu l’appela à Londres, pour peindre son
hôtel avec deux autres artistes français, Rousseau et
Baptiste. De la Fosse représenta, en deux grands pla-
fonds, ! Apothéose d’Isis et l’Assemblée des Dieux.Ges
belles compositions furent généralement admirées , et
le roi Gnillaume III fit à l’artiste les offres les plus ho-
norables pour le déterminer à rester en Angleterre 5
mais l’amour de la patrie et l’espoir d’être nommé pre-
mier peintre de Louis XIV rappelèrent- de la Fosse àr
Paris. II y peignit le dôme des Invalides et les quatre;
angles qui le soutiennent. Outre plusieurs morceaux
qu’il exécuta à Versailles, Marly et Trianon,il devait
encore, par la protection de Mansard , son ami, exécu-
ter les tableaux de la chapelle du roi. La mort de Mau-*
sard occasionna des changements à ce projet. Jouvenet^
Coypel, Louis et Bon Boullogne furent associés au tra-
vail de de la Fosse, et il ne peignit que lq Résurrection,
de I, C. dans la voûte au dessus du maître-auteh

Une composition spirituelle, une bonne couleur, un
pinceau moelleux, distinguent les ouvrages de de la
Fosse; et, si,l’on y désiré un meilleur goût de dessin et
des draperies mieux jetées,ce peintre 11’en est pas moins
pu des bous maîtres de l’école française,, LL mourut à
Paris, en j 7, à» l’âge de 76
loading ...