Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 8.1805 [Cigognara Nr. 3401-8]

Seite: 45
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1805/0074
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 45 )

Planche dix-neuvième.— S. François en extase. Tableau
de la galerie du Musée ; par Gérard Seghers.

S. François est en prières: les sons d’une musique'
céleste le plongent dans un pieux ravissement; deux
Anges s’approchent de lui et le soutiennent.

Ce tableau n’a aucun rapport avec la manière ha-
bituelle des maîtres flamands. Si l’on ignorait le nom
de l’artiste qui l’a peint, on l’attribuerait sans hé-
siter à quelque élève des Caraehes ou du Caravage.
Le dessin est correct, quoiqu’il ne soit pas très-pur.
Les têtes ont de l’expression ; mais celle de l’Ange
qui soutient la main de S. François n’a pas des
formes assez idéales. Le pinceau est large et les
accessoires sont rendus avec la franchise et la fer-
meté qui conviennent au genre historique. Le coloris
a de la vigueur 5 mais le ton général est un peu
noir. Au reste , le tableau n’en est pas moins une
excellente production , où les principales beautés de
l’art se trouvent réunies à un degré très-éminent.

Gérard Seghers, né à Anvers, en l’an 1589, était
le frère aîné de Daniel Seghers , peintre de fleurs.
Après avoir pris quelque temps les leçons de Henri
Van-Balen, il alla à Rome; et, au lieu de s’assu-
jettir à imiter en particulier la manière de quelque
maître , il les étudia toutes , et s’en forma une qui
lui fut propre. Persuadé que ses talens ne pouvaient
manquer d’être appréciés dans sa patrie, il y retourna;
mais il eut à soutenir la redoutable concurrence de
Rubens, et d’abord il n’obtint que peu de succèso
Fn artiste habile, Seghers adoucit son coloris sombre5
8. îo,
loading ...