Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 8.1805 [Cigognara Nr. 3401-8]

Seite: 69
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1805/0110
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( )

Planche trente-unième. — La Visitation. Tableau de /<*•
galerie du Musée; par André Sabbatini.

La Vierge et Sainte Elisabeth sont au milieu d’une
cour assez vaste. Zacharie sort de sa maison : plus
loin on voit deux Anges, et dans le fond, quelques
édifices.

Si les tètes n’offraient une certaine finesse, on croi-
rait difficilement que ce tableau est l’ouvrage d’un
élève de Raphaël. On y trouve un- mélange assez
bizarre du goût de ce grand peintre avec le style
gothique qui se fait remarquer surtout dans les dra-
peries et dans l’architecture.

On dit que le peintre a donné à la Vierge lés traits
d’une princesse de Salerne, et à Sainte Elisabeth ceux
d’un eunuque attaché au service de cette princesse.
Quanta la figure de Zacharie, c’est, dit on, le portrait
de Bernardo Tasso , père de l’immortel auteur de la
Jérusalem délivrée.

Les figures de ce tableau sont de proportion demi-
nature.

André Sabbatini y connu aussi sous le nom d’André
de Salerne , parce qu’il prit naissance dans cette ville ,
est cité parmi les anciens maîtres napolitains. Pietre
Pérugîn ayant peint une Assomption dans la cathédrale
de Naples, Sabbatini fut charmé de l’habileté de cet
artiste, et entreprit le voyage de Pérouse pour entrer
dans son école. Il changea de résolution en route,
lorsqu’il entendit par hasard, dans une hôtellerie,
vanter le talent de Raphaël, qui peignait alors, pour
le pape Jules I.I., les fresques du Vatican. Sabbatini sa-
loading ...