Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 8.1805 [Cigognara Nr. 3401-8]

Seite: 85
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1805/0134
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
(85 )

Planche trente-neuvième, — Euripide, Statue antique
de la galerie du Musée.

L’émule de Sophocle, le plus pathétique des tra-
giques grecs, Euripide est ici représenté assis, et à
moitié couvert d’un manteau. D’une main il tient un
masque, symbole de l’art qu’il illustra, et de l’autre le
thyrse qui rappelle les fêtes de Bacchus, berceau de
Fart dramatique.

Il ne restait de cette statue que le torse et la partie
inférieure, mais on ne pouvait se tromper, en lui don-
nant, lors de la restauration, la tête et les attributs
d’Euripide. Sur le marbre qui n’est pas séparé du siège
on lit, en caractères grecs, les titres des tragédies du
poète. Son nom est aussi tracé à droite sur l’épaisseur
de la plinthe. Ces inscriptions, que l’on peut regarder
comme un monument authentique , donnent un grand
prix à la statue , dont l’exécution n’a rien de bien
remarquable. Elle a environ deux pieds de proportion 3
et vient de la Villa Albani.

20
loading ...