Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 8.1805 [Cigognara Nr. 3401-8]

Seite: 123
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1805/0191
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 123 )

Planche cinquante~huitièmè. — La Vierge et VEnfant

Jésus endormi. Tableau de la galerie du Musée ; par

Balthazar Péruzzi.

' -il : j y 1’j * ' i i * ' t

La Vierge lève le voile qui couvrait le visage du
Christ endormi dans son berceau, et le contemple
avec tendresse. Le fond représente l’intérieur d’un
appartement. Une fenêtre ouverte laisse voir la cam-
pagne au milieu de laquelle est un village.

Ce tableau , d’un dessin correct et d’une expression
naïve , est faible sous le rapport du coloris. Les car-
nations sont grises et manquent de vigueur.

Balthazar Péruzzi , né à Volterre , est plus célèbre
comme architecte que comme peintre. Jeune encore
il vint à Rome , et s’acquit de la réputation par une
grande intelligence de la perspective. On admira sur-
tout les décorations qu’il exécuta pour les représen-
tations de la Calendra, comédie en prose du car-
dinal Bibiéna. Jules II, et plusieurs particuliers l’em-
ployèrent à peindre des tableaux d’église et des façades
de maisons.

Lorsqu’en 1527 les Espagnols , commandés par le
connétable de Bourbon , s’emparèrent de Rome ,
Péruzzi fut très-maltraité par les soldats qui, frappés
de son extérieur majestueux, le crurent un person-
nage considérable, et le tourmentèrent pour obtenir
de lui une forte rançon. Apprenant qu’il était peintre,
ils le forcèrent à faire le portrait du connétable, tué
à l’attaque de la ville $ on ne sait s’il l’exécuta d’après
nature, ou sur la description qu’ils lui firent.

Echappé de leurs mains , Péruzzi s’embarqua à
loading ...