Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 8.1805 [Cigognara Nr. 3401-8]

Seite: 124
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1805/0192
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( I24 )

Porto-Ercole , pour se rendre à Sienne. Pendant sa
route vers cette ville , il fut dépouillé par des vo-
leurs , et y arriva dans une extrême détresse. Après
avoir construit à Sienne plusieurs édifices publics
ou particuliers, il revint à Rome où , entre autres
travaux, il fut chargé de l’érection du palais Massimi,
que l’on regarde comme son plus beau monument.
Avant d’avoir pu le terminer, Péruzzi mourut en
1.536, empoisonné, dit-on, par quelques hommes en-
vieux de ses talens.

L’extrême modestie de Péruzzi ne lui permettait
pas de fixer à ses ouvrages un prix proportionné à
leur importance, et le rendit toujours malheureux.
Nommé architecte de l’église de S. Pierre, il n’eut
d’autre ressource, pour élever sa nombreuse famille,
que ses appointemens qui se montaient à a5o écus
romains. Après sa mort, on lui accorda une estime
qu’on lui avait presque toujours refusée de son vivant.
On reconnut combien ses conseils auraient été utiles
pour achever la construction de l’église de S. Pierre.

Outre les ouvrages dont on a parlé, on cite encore
avec éloge, parmi ceux de Péruzzi, le modèle de la
cathédrale de Carpi , le plan des fortifications de
Sienne, et un nouveau modèle pour l’église de S.
Pierre, qui offre plus d’ensemble et de simplicité
que celui du Bramante. On l’a. gravé dans les livres
de Serlio qui hérita des dessins et des écrits de Péruzzi.
loading ...