Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 8.1805 [Cigognara Nr. 3401-8]

Seite: 144
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1805/0221
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
C 144 )

architecturales , et qui ornent les demeures, les gale-
ries, les cabinets et les jardins des souverains et des
gens de goût de toute l’Europe.

C’est ainsi que Rome dicte encore des loix au
monde policé, et que les débris de sa grandeur,
reproduits et multipliés en mille objets divers par le
peintre, le sculpteur et l’architecte , font l’admiration
et les délices de tous les esprits éclairés. Dans cette
même bibliothèque où l’ami des lettres et des arts
lit et relit Horace, Virgile avec un charme tou-
jours renaissant, il aime à récréer ses yeux de l’aspect
du Campo Vaccino , des sites brillans de Tivoli, et
des chef-d’œuvres du Belvédère et du Vatican : il revoit
ces thermes pompeux d’Agrippa , de Titus , ces aque-
ducs anciens, monumens plus simples et plus utiles,
ces colonnes héroïques , que la reconnaissance érigea
aux exploits de Trajan et d’Antonin 5 son imagination,
exaltée à la vue de ces chef-d’oeuvres des arts, ne con-
çoit cependant rien de plus parfait à ériger aux héros
de son siècle; et , s’il est sage autant que passionné
pour leur gloire , tous ses vœux se bornent à redeman-
der un nouveau Capitole pour y déposer leurs trophées
et leurs fastes, un Eorum pour y ériger leurs statues,
un Panthéon pour y peindre leur apothéose et consa-
crer à jamais le souvenir de leurs vertus.

!L. G.
loading ...