Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 9.1805 [Cigognara Nr. 3401-9]

Seite: 34
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1805a/0058
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 34 )

îial, présidait au supplice, paraît inquiet et troublé;
tandis que l'un des bourreaux lui montre son mar-
teau brisé en deux morceaux.

Cette vaste composition, dont les figures sont plus
grandes que nature, tient un des premiers rangs
parmi les ouvrages du Tintoret. C'est un des trois
tableaux auxquels il apposa son nom, de celte ma-
nière : Jacomo Tentor. F. Il a longtemps été placé
dans l'église ou confrairie de S. Marc, à Venise,
pour laquelle il fut fait.

Lanzi a cru devoir entrer dans quelques détails
au sujet de ce tableau ; voici le jugement qu'il en
porte :

« ......Tintoret le peignit, à l'âge de 36 ans,

« et on le regarde comme une des merveilles de la
« peinture vénitienne. Le coloris est litianesque, le
a clair-obscur admirable , la composition simple et
« juste 5 les formes sont d'un bon choix, et les dra-
« peries étudiées. Les attitudes de toutes les figures
« sont variées, naturelles, et très-animées, surtout
« celle du Saint qui vole au secours de l'esclave,
« et qui a toute la légèreté d'un être aérien [ Lanzi,
« Storia pittorica délia Italia~\.»

Quelques passages de cet éloge auraient peut-être
besoin d'être éclaircis , ou mieux motivés. La com-
position n'a point celte simplicité dont parle l'au-
teur italien ; plusieurs figures , au contraire , ne
prennent aucune part à l'action, et paraissent poser*
Le Saint, dont on a peine à distinguer les traits,
semble moins voler dans l'air qu'être précipité du
sommet des toits. Les draperies sont à la vérité bien
peintes et d'une riche harmonie, mais le costume
loading ...