Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 9.1805 [Cigognara Nr. 3401-9]

Seite: 41
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1805a/0068
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 4i )

Planche dix-septième.—Descente de Croix. Tableau de
la galerie du Musée ; par ï. Baroche.

Les disciples de Jésus détachent son corps de la
croix. Sur le premier plan,la Vierge est évanouie dans
les bras des saintes femmes.

Ce tableau , dont les figures sont un peu plus grandes
que nature, est regardé comme un des meilleurs ou-
vrages du Baroche. Il vient de l'église métropolilaine
de S. Lorenzo , à Pérouse, où il était placé dans la cha-
pelle de S. Bernardin. Baroche a placé ce Saint dans sa
composition. C'est le religieux que l'on voit près de
S. Jean.

Les figures sont en général expressives, et les divers
groupes forment un ensemble pittoresque ; mais le
coloris est cru. En prenant, dans cette partie de l'art,
le Corrège pour modèle , Baroche n'a pu se rendre
propre l'harmonie que l'on admire dans les ouvrages
de ce maître célèbre. Le dessin du Baroche a de
la grandeur et une certaine correction , mais il est
maniéré ; et les draperies, d'un goût trop peu sévère,
semblent peintes de pratique.

Frédéric Baroche naquit à tJrbin, en i5a8. Son
père était sculpteur, et son oncle architecte. Il reçut
d'eux les premières leçons du dessin. A l'âge de 20
ans, il alla à Rome, et mérita par ses progrès les éloges
et les encouragemens de Michel-Ange. De lâches rivaux;
l'empoisonnèrent dans un repas , et il fut plus de
quatre ans sans pouvoir travailler.

Baroche ne se rétablit point entièrement: il eut
toujours depuis une santé chancelante , et fut forcé,
9. 9
loading ...