Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 9.1805 [Cigognara Nr. 3401-9]

Seite: 43
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1805a/0071
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
C 43 )

Planche dix-huitième. — L'ombre de Samuel apparaît à
Saiil. Tableau de la galerie du Musée ; par Salvator
Rosa.

Le livre des rois rapporte que Saiil, inquiet sur l'issue
de la bataille qu'il s'apprêtait à livrer aux Philistins,
consulta le Seigneur qui ne lui répondit ni par les
prophètes, ni par les prêtres , ni par les songes.
Alors Saiil alla trouver-une vieille magicienne qui
demeurait à Kndor. Cette femme , à sa prière , fit
paraître devant lui l'ombre de Samuel. Celte ombre
annonça au roi des Hébreux que Dieu l'avait aban-
donné , et que David allait devenir possesseur de
son royaume.

Un sujet aussi pittoresque convenait parfaitement à
l'imagination vive et féconde de Salvator Rosa. La
magicienne, d'une figure hideuse , et les cheveux hé-
rissés, jette de l'encens sur un trépied. Autour d'elle
on entrevoit des squelettes, des hiboux, et divers fan-
tômes. L'ombre de Samuel, enveloppée d'une longue
draperie blanche , est debout et immobile devant Saiil.
Ce roi, prosterné à terre, écoute avec étonnement et
frayeur la sinistre prophétie. Dans le fond, on voit les
deux guerriers qui, selon l'Ecriture , accompagnèrent
Saiil en cette circonstance.

Toutes les parties du tableau concourent à l'effet que
le peintre a voulu produire. Le dessin a quelque
chose de sauvage et de fier : le coloris est sombre
et, pour ainsi dire , mystérieux. L'exécution est ferme.
Le seul reproche que l'on puisse faire à Salvator Rosa3
loading ...