Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 9.1805 [Cigognara Nr. 3401-9]

Seite: 67
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1805a/0105
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 67)

Planche trentième. — Une Bacchanale. Tableau du
Musée de Versailles ; par H". Poussin.

Le Peintre du Déluge, du Testament d'Eudamidas^
s'est plu à peindre ici les plaisirs de Bacchus; non les
plaisirs licencieux et grossiers, mais ceux qui, sans
banir les grâces décentes , ne servent qu'à éveiller
l'allégresse. Toutes les expressions de ce tableau sont
riantes, et le site est des plus agréables. Bacchus,
couché mollement sur le feuillage, reçoit les libations
des buveurs, et le bouc qui lui est offert. La musique
concourt à l'agrément de cette fête. Presque tous les
fronts sont couronnés de lierre. Deux enfans jouent
avec un masque, amusement auquel Bacchus pré-
side 5 un autre enfant, plein de grâce, tend sa coupe
pour la faire emplir ; un quatrième, qui dort couché
sur le devant du tableau , est remarquable par la
naïveté de son attitude.

On pourrait dire de la figure placée au milieu de
ce groupe et qui tient un stylet, qu'elle semble in-
diquer la Peinture , se disposant à profiter de la variété
de ces situations.

Ce tableau se voit dans la galerie du palais im-
périal de Versailles. Il est dans un état de dégra-
dation qui permet à peine d'en distinguer les beautés.

En examinant attentivement cette composition, on
se rappelle ce que le Poussin, obligé de répondre à ses
nombreux ennemis, disait de lui-même : « Pour moi,
« je ne chante pas toujours sur le même ton; je sais
« varier ma manière selon les différens sujets, etc. »
loading ...