Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 9.1805 [Cigognara Nr. 3401-9]

Seite: 78
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1805a/0121
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
(78 )

d'un aussi beau talent, Mignard vint enrichir sa patrie
de toutes les productions de son pinceau. Il eut le
bonheur de "se lier avec Bossuet, Fénélon , La Fon-
taine, Racine, Boileau, Molière, etc. Ce dernier célébra
en vers les peintures à fresque du Val-de-Grâce, ou-
vrage que Mignard , sans aucun aide, exécuta en
moins de treize mois. La plupart des palais et des
églises de la capitale lui durent des chef-d'œuvres.
L'amour excessif de la gloire en fit l'ennemi deLeBrun
qui tenta vainement de calmer sa jalousie. Enfin à
la mort de Le Brun, Mignard obtint la place de pre-
mier peintre du roi, qu'il avait toujours enviée, et
dans laquelle Louis XIV ne voulut point qu'il eût de
successeur.

Mignard avait l'imagination peu féconde ; on lui
reproche de la froideur, et de l'incorrection dans te

dessin.
loading ...