Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 9.1805 [Cigognara Nr. 3401-9]

Seite: 94
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1805a/0145
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
(94)

rentes modifications , soit dans les profils , soit dans les
proportions générales, qui empêchent de les classer
parmi les imitations de l'ordre des Grecs.

On peut encore observer que dans les monumens an-
tiques cet ordre est presque toujours cannelé d'une ma-
nière qui lui est particulière, et que l'économie sans
doute a fait supprimer ces cannelures à la plupart de
nos architectes modernes.

La masse excessivement forte et élevée du portail de
Notre-Dame qui domine le nouveau portique de l'Hô-
tel-Dieu nuit sans contredit à son effet, et empêche le
développement qu'il prendrait, si cette élévation pro-
digieuse ne tendait, par le contraste , à faire paraître
celui-ci écrasé , quoique la proportion du fronton soit
plus élevée que celle adoptée par les Grecs , dans tous
les temples que nous venons de citer. On regrette aussi
que le tympan ne soit point enrichi d'un bas-relief allé-
gorique pour annoncer au spectateur la dédicace de ce
temple de la bienfaisance, où l'humanilé souffrante
reçoit tous les secours de l'art, et tous les soins qu'elle
a le droit d'attendre d'un gouvernement paternel.

L. G,
loading ...