Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 9.1805 [Cigognara Nr. 3401-9]

Seite: 103
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1805a/0159
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( io3)

Planche quarante-huitième. — Deux Bas-reliefs an-
tiques de la collection du Musée.

Ces deux bas-reliefs sont tirés des fragmens d'une
balustrade, consacrée sans doute à fermer le sanctuaire
de quelque temple. lia ont une double face , et l'autre
partie ofire les masques de Bacchus et de Silène ,
de Pan et d'Ammoa, exécutés en relief assez sail-
lant (*). Sur le côté dont on donne ici la gravure , les
figures ne sont au contraire que légèruineiit indi-
quées.

Le premier bas-relief représente la marche d'un
sacrifice pastoral. Un Faune, que l'on reconnaît à
sa queue velue et à ses longues oreilles, joue de la
flûte de Pan, et conduit la marche: un autre Eaune
porte les offrandes; il est suivi d'une Bacchante qui
joue d'une flûte double. La Panthère qui accompagne
la figure du milieu indique que c'est à Bacchus que
le sacrifice doit être offert.

Il n'est pas inutile de faire ici quelques réflexions,
qui conduisent naturellement à parler du deuxième
bas-relief.

L'instruction des artistes et des amateurs étant le
but principal qu'on se propose dans cet ouvrage, on
ne peut omettre certains sujets dont la singularité
blesse le goût. Le flambeau des arts éclaire souvent
des mystères dont tous les yeux ne peuvent supporter
la vue. Etonnés du miracle de la génération , les
hommes, encore grossiers, ont élevé des autels sur

{*) Voyez pl. 4o , p. 87 de ce volume.
loading ...