Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 9.1805 [Cigognara Nr. 3401-9]

Seite: 133
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1805a/0204
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( i33 )

a ii i i — «i ■-i- S

Planche soixante-cinquième. — Sainte Famille, Tableau
de la galerie du 31 usée ; par André del Sarte.

Presque tous les peintres se sont exercés sur ce sujet
qui, peu susceptible d'expressions vives et variées, ne
semble propre qu'à faire briller le mérite de l'exécu-
tion. Les têtes de ce tableau ont un caractère simple et
naïf; la couleur a beaucoup de finesse et de légèreté ;
le pinceau est soigné, et l'ensemble est d'un effet
agréable.

On raconte d'André del Sarte , son auteur, qu'il était
doué du talent d'imiter la manière de tous les grands
maîtres, et qu'il l'exerça une fois avec un sbecès éton-
nant.

Clément VII ayant fait don au duc de Mantoue du
portrait de Léon X peint par Raphaël, chargea Octa-
Vien de Médicis de l'envoyer à ce duc: Octavien , pour
conserver ce chef-d'œuvre, prit le parti d'en faire faire
une copie par André del Sarte , et l'envoya à Mantoue
où personne ne s'aperçut de la supercherie. Jules-
B.omain lui-même que Raphaël avait chargé de peindre
les draperies de l'original, vit l'ouvrage d'André , fut
trompé comme les autres, et si Vasari, qui était dans
le secret, ne lui eût montré les marques qu'André del
Sarte avait faites derrière la toile de la copie, il serait
resté dans l'erreur.

Que penser après cela, des connaisseurs qui distin- ,
guent si facilement les originaux des copies, et préten-
dent reconnaître > à des signes certains, les ouvrages
de maîtres souvent peu connus?

9-

32
loading ...