Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 11.1806 [Cicognara Nr. 3401-11]

Seite: 19
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1806/0035
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( *9 )

Planche septième. — Démosthènes. Statue ; par M. Le
Sueur.

Cette figure, placée dans la salle du Tribunat, est très-
bien drapée, et l'artiste s’est attaché, en conservant la res-
semblance, à imprimer dans les traits de Démosthènes le
caractère de profondeur et d’énergie que ce grand orateur
développa dans les circonstances les plus périlleuses.

Son air était austère; sa voix aigre et faible; sa respi-
ration entrecoupée; sa prononciation barbare;il avait un-
mouvement d’épaules ridicule ; sans cesse il se grattait le
front, et ses gestes étaient ignobles et forcés. Tel est le por-
trait que la plupart des historiens font de Démosthènes.
Que d’obstacles n’eut-il pas à vaincre ? Il est ici représenté
dans un des momens les plus glorieux de sa vie, lorsque
tenant une lettre où Philippe laisse entrevoir ses inten-
tions , il soulève Athènes contre cet adroit ambitieux , et
fait rendre un décret qui ordonne la levée d’une force suf-
fisante pour mettre un terme aux envahissemens du roi
de Macédoine.

Chacun sait qu’après avoir proscrit cet illustre défen-
seur de leur liberté, les Athéniens , à sa mort, lui firent
ériger une statue dont l’inscription était ainsi conçue: u Dé-
« mosthènes, si tu avais eu autant de force que de raison
et d’éloquence, jamais Mars le Macédonien n’aurait
triomphé de la Grèce. >v

11 ».

a.
loading ...