Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 11.1806 [Cicognara Nr. 3401-11]

Seite: 40
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1806/0066
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 4o )

qu’au génie d’être naïf, sans jamais paraître bas; et
l’exemple que donne ici Paul Véronèse poui'rait avoir un
grand nombre d’imitations malheureuses ; car beaucoup
de jeunes artistes, à force de chercher à être vrais, de-
viennent bizarres et de mauvais goût. Cette figure est
d’ailleurs parfaitement dessinée, ce qui contribue à don-
ner de l’élégance au mouvement. L’expression de Loth est
vague ; l’Ange qui l’accompagne a comme l’autre le dé-
faut d’être trop couvert de draperies.

Les animaux sont des accessoires qu’il faut ménager; le
chien que le peintre a placé dans cette composition est visi-
blement inutile, puisqu’il ne participe pas à l’action des
figures principales.

Ce morceau, que distinguent une touche pleine de
sentiment, une grande finesse de tons, un dessin facile et
un effet harmonieux, fait regretter que Paul Véronèse
n’ait pu s’astreindre à le terminer davantage.
loading ...