Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 11.1806 [Cicognara Nr. 3401-11]

Seite: 47
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1806/0077
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
r

( 47 )

Planche vingt-unième. — Le Martyre de S. Vrocesse et
de S. Martinien. Tableau de la galerie du Musée ; par
Le Valentin.

Ces deux Saints sont du nombre de ceux dont l’exis-
tence présente peu de certitude. Il serait difficile de rap-
porter les actes de leur vie. L’on croit qu’ils étaient simples
soldats dans les légions romaines, et que lorsque S. Pierre
et S. Paul furent arrêtés par les ordres de Néron , Processe
et Martinien , commis à leur garde, se laissèrent toucher
par les vérités que les deux Apôtres publiaient jusques
dans leur prison , et ne tardèrent pas à les suivre au sup-
plice réservé à ceux qui professaient alors le christianisme.

L’auteur de ce tableau, Valentin, quoique français, jouis-
sait à Rome d’une très-grande réputation. Urbain VIII,
qui l’avait pris en amitié, lui procura l’honneur de tra-
vailler aux décorations intérieures de l’église de S. Pierre.
Le tableau du Martyre de S. Processe et de S. Martinien
fut peint pour l’un des autels placés dans le fond de cette
célèbre basilique. En 1707, il fut exécuté en mosaïque
par le chevalier Christofati, et passa alors au palais Monte-
Cavallo , puis dans la galerie du Vatican. Il était regardé
comme l’un des plus beaux morceaux de cette galerie;
c’est le chef-d’œuvre de Valentin, à qui il n’a manqué
que de fournir une plus longue carrière, pour égaler et
même surpasser le Caravage, son maître. Aidé des con-
seils du Poussin , ce jeune artiste, enlevé à la fleur de son
âge ( à 3a ans) , eût sans doute réformé ce que son goût
avait de défectueux, et adouci sa manière un peu barbare.

Dans ce tableau, le dessin , sans être d’une correction
rigoureuse, est d’un style grand et sévère ; c’est l’imitation

H. 11
loading ...