Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 11.1806 [Cicognara Nr. 3401-11]

Seite: 67
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1806/0107
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 67 )

Planche trente-unième. — La Vierge, VEnfant Jésus ,

S. Jérôme et S. Augustin. Tableau de la galerie dis

Musée; par Rondani.

La Vierge et l’Enfant Jésus apparaissent dans le désert
à S. Jérôme et à S. Augustin. L’évêque d’Hippone est
revêtu des habits sacerdotaux; il tient sa crosse, et sa
mitre est à ses pieds. S. Jérôme, couvert d’une simple dra-
perie , porte un crucifix , et est armé de la pierre avec
laquelle il se macérait dans la solitude; le lion, son com-
pagnon fidèle, est couché auprès de lui. Le Saint semble
parler à la Vierge qui étend sur lui son manteau en signe
de protection.

Ce tableau était placé dans l’église degV Ercmitani de
Parme, et compté au nombre des plus beaux ouvrages de
peinture que possédait cette ville: cependant on y remar-
que des défauts capitaux. Le ton des chairs n’est ni lé-
ger ni transparent ; les draperies sont lourdes et le dessin
est grêle, quoiqu’il ne manque pas de correction. Un co-
loris chaud constitue le mérite de cet ouvrage.. Le fond
est rempli de lumière , et, malgré quelques parties un
peu plus détaillées que ne semblent l’exiger les loix de la
perspective, il produit l’effet le plus vrai et le plus vigou-
reux.

Ce tableau, peint en pleine pâte , est parfaitement con-
servé, excepté dans la partie supérieure où l’œil est blessé
par la couleur verdâtre du groupe des Anges.

Les figures ont une proportion entre la nature et la demi-
nature qui contribue à les faire paraître mesquines.

Francesco Maria Rondani, à qui l’on doit cette pro-
duction remarquable , est peu connu même en Italie, et

16

IX»
loading ...