Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 11.1806 [Cicognara Nr. 3401-11]

Seite: 69
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1806/0110
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 69 )

Planche trente-deuxième. — La Vierge, VEnfant Jésus,

Sainte Agnès et S. Jean. Tableau de la galerie du

Musée; par le Titien.

On se plaint quelquefois du grand nombre de Saintes
Familles que contient la galerie du Musée Napoléon, et
peut-être ce reproche n’est-il pas fondé. On ne s’étonne pas
que les sculpteurs grecs ayent produit beaucoup de statues
qui n’ont souvent que des expressions vagues; on admire,
dans ces chef-d’œuvres antiques, la beauté, l’élégance des
formes, sans y desirer autre chose; et chaque jour l’ar-
tiste et l’amateur vont les étudier pour épurer leur goût
ou le satisfaire. Il en devrait être de même de ces tableaux
dont les sujets offrant peu d’action , ont forcé le peintre à
chercher, dans la perfection de l’art, les moyens de s’at-
tirer l’attention et les suffrages. Sans doute les chef-d’œu-
vres que distingue le pathétique des sentimens doivent
être placés bien au dessus de ceux qui ne brillent que par
une belle exécution. Mais ces derniers n’en sont pas moins
utiles au jeune artiste qui épie le secret des grands maî-
tres ; et le véritable connaisseur, en voyant que, sur un
sujet aussi simple que celui d’une Sainte Famille, on a
produit tant d’ouvrages aussi admirables que variés, en
apprécie mieux toutes les ressources de l’art qui fait ses
délices.

Ce tableau du Titien devait faire naître ces réflexions.
Il est sans contredit l’un des plus parfaits de ce maître,
quoiqu’il n’offre l’intérêt ni de la Mort de S. Pierre do-
minicain , ni du Martyre de S. Laurent, etc. Il appar-
tient à sa troisième manière ( et c’est la meilleure des
quatre qu'il prit successivement) ; il n’a rien dessiné de
loading ...