Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 11.1806 [Cicognara Nr. 3401-11]

Seite: 79
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1806/0125
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 79 )

Planches trente-septième et trente-huitième. — La France
triomphante , encourageant les Sciences et les Arts au
milieu de la guerre ; par M. Meynier.

Ce sujet ouvrait un champ vaste à l’imagination d’un
artiste : au seiA des malheurs civils et des guerres longues
et sanglantes qu’elle eut à soutenir, la France ne cessa
jamais totalement de voir fleurir les arts et les lettres.
Il fallait sans doute la paix intérieure et un gouverne-
ment stable pour leur rendre tout leur éclat; mais c’était
beaucoup de n’en point laisser éteindre le feu, et de voir
s’élever alors des hommes dignes de contribuer à la gloire
d’un siècle plus heureux.

Un décret du gouvernement ouvrit en l’an 3 un con-
cours général pour tous les artistes français. L’idée qui
donna lieu à ce décret fut celle que M. Meynier choisit
pour sujet de son tableau. Il n’en a fait que l’esquisse,
mais elle est remarquable par un effet séduisant, par une
entente parfaite du clair-obscur et par des caractères de
tête d’un beau style.

La France, entourée d’instrumens de guerre et couron-
née par le Génie de la Victoire, est représentée par une
jeune femme coiffée d’un casque; elle foule à ses pieds des
Furies qui nous rappellent aujourd’hui les discordes aux-
quelles les Français furent si longtemps en proie. La
Peinture, la Sculpture et l’Architecture s’empressent de
lui consacrer leurs travaux: après elles viennent plusieurs
Muses et deux Génies qui célèbrent la gloire de la France
ou écrivent l’histoire de ses hauts faits. Au dessus de ces
groupes, on voit l’Abondance qui répand ses bienfaits,
et Apollon qui indique aux Muses la récompense promise
n. 19
loading ...