Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 11.1806 [Cicognara Nr. 3401-11]

Seite: 86
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1806/0134
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 86 )

Lorsqu’en i685 ce groupe fut placé à Versailles, plusieurs
personnes, et Louis XIV entre autres le préférèrent au
Milon de Crotone. Puget le sut : «Il est vrai, dit-il, que
« le marbre de la figure d’Andromède est plus beau ;

mais la figure de Milon est plus achevée. « La postérité
a confirmé le jugement de l’artiste. Personne n’appréciait
mieux que lui ses propres ouvrages; et, quoique éloigné
de tout calcul d’intérêt, il ne pouvait souffrir qu’on ne
les lui payât point leur juste valeur. Louvois voulant sa-
voir quel prix il exigeait de ses productions, Puget lui
demanda une somme qui parut si considérable au Mi-
nistre que celui-ci ne put s’empêcher de lui dire que le
Roi ne donnait pas davantage à ses généraux. « J’en
« conviens, répondit Puget, mais le Roi n’ignore pas
« qu’il peut trouver facilement des généraux d’armée
« dans ce nombre prodigieux d’excellens officiers qu’il
« a dans ses troupes , mais qu’il n’est pas en France
« plusieurs Pujet. « On assure que cette réponse qu’inspi-
rait à l’artiste la fierté de son génie bien plus que la va-
nité, étonna tellement Louvois qu’il quitta Puget sans
oser entreprendre de rabaisser ce noble orgueil.
loading ...