Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 11.1806 [Cicognara Nr. 3401-11]

Seite: 105
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1806/0163
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( !°5 )

Planche cinquantième. — I?Enlèvement d’Hélène.

Tableau de la galerie du Musée ; par le Guide.

Ce tableau semble offrir une scène d’opéra : il n’est pas
facile de reconnaître, dans ce Paris, le Phrygien qui
jugea les trois Déesses rivales, et fut toujours le protégé
de Vénus. Hélène rappelle encore moins la beauté célèbre
qui causa tant de maux et la ruine de Troie.

Les personnages purement allégoriques ne s’allient ja-
mais bien avec les personnages historiques ; aussi l’A-
mour qui, sur le devant du tableau, applaudit à son
triomphe, produit-il une espèce de confusion que le goût
désapprouve. Il est encore moins convenable d’y avoir
introduit un jeune Nègre conduisant un écureuil avec
lequel joue un petit chien.

Quoique cette composition soit défectueuse à plu-
sieurs égards, on ne peut s’empêcher d’y remarquer des
détails remplis de grâces. Le talent du Guide se fait sur-
tout reconnaître dans les figures des suivantes d’Hélène
dont les airs de tête sont cliarmans.

Une couleur argentine mais un peu faible, et un effet
harmonieux constituent le mérite de cet ouyrage, peu
important sous le rapport du dessin et des caractères.
Le fond est d’une vérité séduisante, et peint avec une
grande finesse de tons.

Les figures de ce tableau sont de grandeur naturelle.
Il faisait partie de la collection du duc de Penthièvre.
loading ...