Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 11.1806 [Cicognara Nr. 3401-11]

Seite: 111
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1806/0172
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( III )

Planche cinquante-troisième. — La Cène. Tableau de la
galerie du Musée; par Pli. de Champagne.

Les figures de ce tableau sont d’une proportion un peu
moins grande que nature ; Philippe de Champagne en a
fait une copie d’une petite dimension, qu’on voit dans la
galerie du Luxembourg. Ces deux morceaux ont pour
principal mérite d’offrir, sous les traits des Apôtres , la
ressemblance des principaux solitaires de Port-Royal; ce
n’est pas qu’on ne retrouve dans celui-ci la belle exécu-
tion de l’artiste et sa couleur riche et harmonieuse ; mais
le dessin en est incorrect et d’un style grêle ; les tons
ont de la sécheresse dans quelques endroits, et les dra-
peries ne sont pas ajustées assez grandement. La nappe, à
laquelle Champagne paraît avoir apporté beaucoup de
soin, est peinte lourdement, et l’effet qu’elle produit
manque de vérité.

Cet artiste, homme pieux et de moeurs irréprochables,
conçut un grand attachement pour la célèbre maison de
Port-R^al ou sa fille s’était retirée. Il se lia étroitement
avec les Solitaires qui habitaient ce désert ; et, pour donner
une preuve publique de l’estime qu’il portait à ces philoso-
phes chrétiens si violemment persécutés dans la suite et
qu’on n’a peut-être pas encore bien appréciés, il voulut, en
peignant cette Cène, y faire entrer la ressemblance des
plus illustres d’entre eux.

Il n’est pas facile d’indiquer exactement aujourd’hui
quels sont ces portraits. Cependant on croit reconnaître
dans le personnage placé à la droite de S. Jean et qui du
doigt montre le Sauveur, les traits d’Antoine le Maître,
avocat éloquent, neveu du grand Arnauld. Jeune encore il

*7

ii.
loading ...