Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 12.1806 [Cicognara Nr. 3401-12]

Seite: 11
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1806a/0022
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( II )

un français, attaqué de l'ophtalmie qui règne dans ces cli^
mats , vient d’entendre la voix du héros ; il s’approche h
tâtons de l’endroit d’où elle part. Le devant offre une autre
scène; un jeune Chirurgien, victime de son humanité,s’é-
vanouit, atteint lui-même du mal dont il voulait sauver le
malheureux qui expire sur ses genoux. L’artiste a consacré
l’autre partie du tableau à exprimer les symptômes et les
effets cruels de la peste du Levant. Un Malade, étendu sur
la terre, s’arrache les cheveux, et tous ses membres con-
tractés annoncent l’excès de se3 souffrances. On voit sur les
traits de celui qui se soulève pour regarder Bonaparte, qu’il
sort d’un semblable accès. Un troisième reste immobile, la
tête appuyée sur les mains et paraît insensible à tout ce qui
se passe autour de lui. Une figure d’un caractère plus
effrayant est celle de l’homme qui, couvert presque entiè-
rement d’un manteau, ne laisse apercevoir que des yeux
égarés et sanglans; entre ces deux derniers , le cadavre
d’un Militaire qui vient de succomber est étendu sur le lit
commun à tous les malades. Plus loin des Officiers, dont
l’un est aveugle, reçoivent avec reconnaissance le pain que
distribuent deux turcs ; l’un de ceux-ci indique aux mala-
des que ces secours leur sont donnés par le général en chef.
Derrière ce groupe, des Esclaves emportent le corps d’un
Pestiféré dont on ne voit que les jambes.

Il est inutile de détailler davantage les pensées acces-
soires de cette vaste composition dont les figures sont plus
grandes que nature. L’artiste n’a rien omis de ce qui pou-
vait expliquer le sujet et faire connaître le lieu où l’action
se passe; l’architecture des Orientaux, le ciel brûlant de la
S3crie , la position de la ville de Jaffa, tout semble être
rendu avec la plus grande exactitude. Mais ce qui frappe
le plus dans ce tableau, c’est l’effet imposant que produit
son ensemble et qui est soutenu par la force et la beauté du
loading ...